Afrique Consciente: Quand la société civique se mobilise pour agir

Abidjan abritait samedi 29 juin les deuxièmes Universités ouvertes de la société civique en Afrique.

« Vivre nos valeurs », c’est le thème des deuxièmes Universités ouvertes de la société civique en Afrique, organisé par l’Initiative Afrique Consciente, qui porte selon Gilles Atayi, commissaire général, « les aspirations les plus profondes de millions d’Africains ».  Marraine de cette édition, Denise Epoté Durand, empêché, a réagi par message-vidéo. « Quel Afrique voulons-nous ? Et comment faire pour y parvenir ? Avoir des valeurs est une chose mais la partager est une autre chose »a-t-elle indiqué.

Trois valeurs ont été passé au crible lors des travaux : la solidarité, le respect et la dignité. Ainsi, la Professeure Lezou Danielle, a rappelé quelques moments de solidarité qui font la spécificité des cultures africaines. Relativement au respect, trois panelistes ont témoigné de la façon dont cette notion se  vivait dans leurs cultures. Tour à tour, Mohamed BA (Sénégal), ADIA De Souza (Nigeria) et Christian FASSINOU (Bénin) ont partagé avec le public certains aspects de la notion de respect dans leurs communautés. « Quand on écoute tout ça, on se rend compte qu’on est pratiquement les mêmes. C’est la preuve que les Africains ont les mêmes valeurs » dira un intervenant. Le dernier panel a permit de mettre en lumière l’Association Petites mains, qui fait de la restauration caritative pour les enfants, la plateforme digitale Police Secours et l’association Toastmasters qui promeut la communication et le leadership par la prise de parole en public.

L’Initiative Afrique Consciente, entend créer à travers les Universités ouvertes, un cadre pour favoriser la prise de responsabilité civique de chacun afin d’inspirer de  nouvelles attitudes et comportements sur le continent. « Il faut, conclura Gilles Atayi, que chacun s’engage de là où il est là. C’est notre souhait, le plus cher ».

Sylvain MEL




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *