Côte d’Ivoire : le développement durable et la protection de la nature au cœur de la 4è édition du trio littéraire


Organisé par la fondation Friedrich Ebert en collaboration avec l’Institut français d’Abidjan, la quatrième édition de la plateforme dénommée  » trio littéraire  » s’est tenue le mardi 19 novembre 2019, dans les locaux de la fondation allemande à Cocody, en présence des organisations de la société civile et des membres du gouvernement. Les trois communicants invités à ce rendez vous ont présenté chacun un ouvrage. 

Il s’agit, d’abord, de celui du biométéorologue Gilles Brien « ce qu’on ne vous dit pas sur le changement climatique » Présentation faite par Mme Émilie Tapé, journaliste-blogueuse, activiste pour l’Alliance des femmes engagées pour le changement(Afec). Réchauffement cause naturelle ou réchauffement par la faute des activités humaines? C’est à ces questions que répond l’auteur, en présentant une synthèse sur la connaissance et l’évolution actuelle du climat et ses enjeux. À l’en croire, la promotion des mécanismes dans le maintien du climat permet de comprendre les causes du changement climatique.     

Ensuite, S.E.Mme Joséphine Gauld, ambassadeure de la Grande Bretagne a présenté l’ouvrage « Robert et les catapila » du journaliste Venance Konan. Une nouvelle qui aborde la question de la propriété foncière, la problématique de la cohésion entre les autochtones et les allochtones. C’est un hymne à la fraternité et au travail à laquelle Venance Konan invite les lecteurs. 

Quant à la Présidente du Réseau des écologistes de Côte d’Ivoire, Mme Koukougnon Antoinette, elle a  présenté le livre « traiter l’insalubrité en Côte d’Ivoire pour un développement durable ». Un livre d’Agbadou Charles qui propose des stratégies et méthodes pour la protection de l’environnement. Ce, en vue de changer les mauvaises habitudes des citoyens et combattre l’indiscipline pour un réel développement. La méthode du berger et du troupeau. Autrement dit, la méthode répressive est pour lui la mieux appropriée pour régler la question de l’insalubrité. De l’avis de l’écologiste, cette méthode pourrait-être complétée par ce que propose son corps de métier: l’ilotage  ou encore l’éducation et la sensibilisation de la population.

Awa Touré




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *