Economie: Classé dans le Top 10, voici la Stratégie ivoirienne dans le cadre de l’AGOA

En attendant le 18è Forum AGOA 2019, relative au programme américain sur la croissance et les opportunités en Afrique qui se tiendra à Abidjan du 4 au 6 Août, plusieurs journalistes ont pris part  mardi à une session d’information sur cet outil de développement crée par le gouvernement des Etats Unis d’Amérique à l’endroit des pays d’Afrique subsaharienne.

L’ambassade des USA en Côte d’Ivoire a organisé mardi à Abidjan, en collaboration avec le Projet USAID West Africa ASSESS, une session d’information sur la loi américaine sur la croissance et les opportunités en Afrique, beaucoup plus connue sous l’acronyme anglicisé AGOA. Kara Diallo, spécialiste en la matière, a d’entrée de jeu,  levé un coin de voile sur les objectifs de ce programme et les critères d’éligibilité.  « L’AGOA, a-t-il indiqué,  vise  à accroitre le commerce et les investissements avec l’Afrique Sub-saharienne pour stimuler la croissance, encourager l’intégration économique et faciliter l’intégration de l’Afrique sub-saharienne à l’économie mondiale ». Depuis 2000, l’AGOA permet ainsi à plus 6400 produits d’Afrique d’accéder « au marché américain en franchise de droits de douanes sans contingentement ». Autrement dit, sans limite quantitative.

Stratégie ivoirienne

Selon le conférencier, ces dispositions qui courent jusqu’au 30 septembre 2025, ont notamment permis à la Côte d’Ivoire d’exporter 1,2 milliards de dollars de produits en 2018 contre 1,1 milliard en 2017. Le pays exporte essentiellement des produits agricoles : cacao, noix de cajou et de kola, bois, épices mais également du thon, des produits pétroliers et artisanaux. La stratégie nationale élaborée par le gouvernement ivoirien et ses partenaires (USAID, BAD) vise à faire passer les exportations de la Côte d’Ivoire vers les USA à 3,5 milliards à l’horizon 2025. Une échéance qui marque pour l’heure la fin du programme AGOA. Et M.Kara d’indiquer que l’Etat ivoirien souhaite promouvoir des chaines de valeurs sur certains produits locaux : les vêtements et textiles, les fruits tropicaux, le manioc et ses dérivés, l’amande de cajou, le karité et le miel… Toujours éligible en 2019, la Côte d’Ivoire se classe en 9è position dans le top 10 des pays africains exportateurs dans le cadre de l’AGOA derrière le Lesotho, la RDC, le Ghana, le Kenya, le Tchad, l’Angola, l’Afrique du Sud, le Nigeria.

Critères

Les critères d’éligibilité à ce programme américain sont globalement calqués sur les principaux  objectifs du développement Durable (ODD). Ce sont la bonne gouvernance, l’économie de marché, la lutte contre la corruption, la protection des droits des travailleurs, la réduction de la pauvreté, la protection des droits de propriété intellectuelle, la création d’un environnement favorable au commerce et à l’investissement. L’agence USTR, est chargée de s’assurer du respect de ces critères par les différents états éligibles. L’AGOA, notons-le, a favorisé l’implantation d’entreprises américaines dans les états d’Afrique sub-saharienne sous la forme de prise de participation ou d’apport en financement. « Ces entreprises résidentes, a conclu l’expert AGOA, contribuent à développer l’économie locale car elles payent leurs impôts, créer des emplois. Ce programme permet d’attirer les Investissements Directs Etrangers ».

Sylvain MEL




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *