[GENS DU JDH] HAMED KOFFI ZAROUR A DECIDÉ D’ « AGIR »…

Hamed Koffi Zarour a-t-il un agenda secret? A la tête de son ONG « Agir pour la Côte d’Ivoire », cet homme d’affaire, patron d’une entreprise opérant dans la filière café cacao, multiplie actes de charité, engagement social et prises de position citoyenne.

C’est bien souvent le cas. Ici comme ailleurs, un engagement social fort est systématiquement assimilé à une entrée politique latente. Hamed Koffi Zarour pâti déjà de cette image. Le fait est que l’homme se définit lui-même comme un acteur de la société civile et n’hésite pas à prendre position sur le chômage, l’école ivoirienne et certaines dérives sociales à travers l’ONG « Agir pour la Côte d’Ivoire »qu’il a fondée fin octobre 2018. Il compte dans ses amitiés certains décideurs politiques et cela suffit pour entretenir tous les fantasmes.

Bâti sur le principe de l’économie sociale et solidaire, son organisation, se posant en force de proposition, avait publié il y a quelques mois une contribution en sept points sur la Commission Électorale Indépendante, alors encore en instance de constitution. Et Hamed Zarour de s’en expliquer : « Notre conception citoyenne de la République est indissociable des idées de solidarité sociale, de fraternité humaine, de justice sociale, de l’état de droit, de la parité du genre, et de la démocratie opérationnelle et participative ».

Pour lui, la situation actuelle de la jeunesse et la question de l’entrepreneuriat féminin sont autant de défi à relever. Comme beaucoup d’entrepreneurs sociaux, il reste convaincu que l’Etat ne peut pas tout faire. « Il y a de nombreux domaines où la société civile peut exercer des initiatives volontaristes et bénévoles pour corriger des situations ciblées et locales » faisait-il remarquer dans une interview accordée à l’infodrome.

Au final, le fil rouge de tout cet engagement, c’est de « modifier durablement nos conduites et restaurer nos mentalités  ». De son avis, tout le cœur du débat réside en effet dans le futur de la jeunesse ivoirienne. « (Elle) est capable (…) de choses incroyables. Il suffit simplement qu’on crée le cadre et qu’on les accompagne pour qu’ils fassent montre de capacités à impacter la société de façon durable. L’avenir nous impose d’avoir une jeunesse responsable et capable ». Ce discours cadré, prononcé au besoin en baoulé – il est originaire de Bouaké- passe bien. Entretenu qu’il est, par des actes de générosité et un encouragement régulier à l’entrepreneuriat des jeunes.

De fait, si Hamed Zarour, devait entrer de plain-pied en politique, il n’aura qu’à enfoncer une porte entr’ouverte. Pour l’heure, « HKZ », comme l’appellent ses intimes, se plait dans son engagement citoyen. Demain, on saura s’il a décidé de franchir  un autre palier.

Boris Kouamé




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *