Gouvernance:Le coronavirus rajoute à la nécessité de repenser les systèmes alimentaires (ONU)

Le coronavirus pourrait être une occasion pour mener une réflexion collective sur le mode de fonctionnement actuel des systèmes alimentaires et travailler à leur durabilité. C’est ce qu’estime l’ONU dans un document publié récemment.

Et si le coronavirus sonnait la prise de conscience de la nécessité de changer le mode actuel de fonctionnement des systèmes alimentaires ? C’est ce que veut croire l’Organisation des nations unies (ONU) dans une note politique publiée récemment.

Selon l’organisation, la crise sanitaire ainsi que ses impacts sur tous les maillons des systèmes alimentaires devraient conduire le monde à réinterroger le fonctionnement de l’industrie agroalimentaire actuellement non durable.

En effet, la production agroalimentaire génère environ 30 % des émissions de gaz à effet de serre et représente 70 % des prélèvements mondiaux d’eau douce. Par ailleurs, la déforestation ainsi que la perte de la biodiversité liées à l’expansion agricole conduisent également à la propagation des zoonoses.

Pour l’ONU, il faudra notamment que les gouvernements travaillent à trouver l’équilibre entre la réponse aux besoins alimentaires croissants, la préservation de l’environnement et la nécessité de garantir la santé aux populations. Un changement dans la chaîne de valeurs agroalimentaire pourrait également permettre selon l’organisation de réduire les inégalités dans l’accès à la nourriture dans le monde.

« Il est urgent de revoir rapidement la manière de produire, de transformer, de commercialiser, de consommer nos aliments et d’éliminer les déchets. Cette crise peut être un tournant pour rééquilibrer et transformer nos systèmes alimentaires en les rendant plus inclusifs, durables et résilients », souligne l’organisation. 

AgenceEcofin

Please follow and like us:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *