[Top 3]: Trois choses à savoir sur le financement de la santé en Côte d’Ivoire…

Annette Dixon, vice-présidente de la banque Mondiale, en charge du Global Financing Facility (GFF) ou Mécanisme de Financement Mondial sur la santé et le bien-être était à Abidjan le week-end dernier. Etats des lieux en trois points !

1-Une situation urgente

Venue évaluer le système de financement de la santé et du bien-être en Côte d’Ivoire, Annette Dixon, a indiqué, dans le cadre du Global Financing Facility, que « plus de 5 millions de mères et d’enfants meurent de maladies évitables et les économies de ces pays perdent des milliards de dollars en raison des problèmes de santé et de nutrition. La nécessité d’atteindre l’Objectif de Développement Durable pour mettre un terme aux décès évitables de mères, de nouveau-nés et d’enfants d’ici à 2030 est urgente »

2-Cent milliards…sur la table

Elle a pointé du doigt  certains secteurs prioritaires, où l’équipe de la banque mondiale a noté le plus de difficulté : financement de la santé, de la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents. Rappelons que la Côte d’Ivoire est actuellement 149è  sur 157è sur l’indice de Développement Humain (IDH). Globalement, l’appui de la banque mondiale, vise donc à permettre aux pays en développement de « sauver jusqu’à 35 millions de vies d’ici à 2030 et améliorera considérablement la capacité des citoyens et des pays à prospérer dans l’économie mondiale ». C’est dans ce cadre que la Côte d’Ivoire a reçu  200 millions  de dollars us, soit un peu plus de 100 milliards de FCFA.

3-Augmentation du budget de la santé

En revanche, la banque mondiale a souhaité, et obtenu du gouvernement ivoirien l’augmentation du budget du ministère de la santé de « 75% ». Cet appui budgétaire, permettra notamment l’accompagnement de la Couverture maladie universelle en cours d’exécution mais aussi le programme de vaccination obligatoire. Les experts, espèrent en tout cas que les populations les plus vulnérables pourront ainsi être touchées en bénéficiant de prise en charge et de soin de qualité. Selon le ministre ivoirien de la santé M.Aka Aouélé, « le gouvernement ivoirien mise, en outre, sur des mesures et reformes afin de rendre le secteur de la santé plus performant »

Boris Kouamé




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *