[TOP 5] : Cinq visages de « l’entrepreneuriat social » à Abidjan

La liste n’est pas exhaustive, mais ils ont le mérite de se distinguer par leur activité débordante. Nous vous proposons cinq visages engagés socialement dans la capitale économique ivoirienne.

Entreprendre socialement n’est pas une mince affaire. Eux, semblent avoir trouvé le moyen de bien le faire en dépit de leurs calendriers professionnels chargés. Ils et elles sont artiste-musicien, politicien, consultant ou encore homme d’affaire.

Didier Drogba, candidat et pas seulement

Tout le monde parle de sa candidature déclarée à la tête de la Fédération Ivoirienne de Football mais personne n’oublie l’hôpital sorti de terre par les soins de sa fondation à Attecoubé, une commune d’Abidjan. Didier Drogba est pleinement conscient de ce qu’il représente. Pour bien faire les choses, il a ainsi confié l’ensemble ses activités caritatives à Guy Roland Tanoh, le Secrétaire Général de sa Fondation. C’est un proche collaborateur qui gère, entre autre, son « contrat de partenariat avec solibra ». Une stratégie qui permet à la fondation de mobiliser un peu plus aisément les financements  et s’éviter désormais d’éventuelles accusations de malversations sur des fonds, comme la presse anglaise a pu l’écrire dans le cadre de la levée de fonds pour son hôpital. Selon des proches, l’ancien capitaine des Eléphants, même s’il a été, par la suite, blanchi, n’a jamais oublié cet épisode.   

Asalfo, l’artiste pressé

Un tour de force ! C’est ce qu’a réussi, le groupe zouglou Magic System et son lead vocal, Asal’fo il y a quelques jours. « Les Gaous magiciens », sortent tout juste d’une tournée baptisée « UE Magic Tour » avec l’Union Européenne dans plusieurs villes de Côte d’Ivoire. Convivialités, dons et sensibilisation à la cohésion sociale auront meublé cet évènement inédit. Un succès qui renforce d’autres prises d’initiatives comme le Festival des Musiques Urbaine d’Anoumanbo et ses Actions Citoyennes (FEMUA). Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Asal’fo est un artiste pressé. L’homme prête volontiers sa voix sur des dossiers comme l’immigration clandestine et la situation de la mère et de l’enfant en Côte d’Ivoire. En chanson ou à l’occasion d’initiatives citoyennes.

Asalfo, lead vocal du Groupe Magic System

Yasmina Ouégnin : député très engagé

Depuis les inondations qui ont frappé Abidjan à l’occasion des pluies diluviennes, à la mi juin 2018, la député de Cocody tient une permanence, devenue un haut lieu d’engagement social et citoyen. Situé non loin du Lycée classique d’Abidjan, ce QG avait servi de poste de secours à des médecins, des pharmaciens et des civils bénévoles. Aujourd’hui, Yasmina Ouégnin n’est jamais bien loin du site puisqu’elle y organise régulièrement des activités : panels, conférences sur la situation de l’enfant et de la jeune fille, mobilisation et engagement citoyen des jeunes…Un rôle qu’elle tient quasi quotidiennement en dépit de ses activités politiques au sein de la plateforme parlementaire « Vox populi ».

Yasmina Ouégnin était sur tous les fronts lors des dernières innondations à Cocody

 

Gilles Atayi, « Monsieur Afrique Consciente »

Le promoteur de l’initiative « Afrique Consciente » est un homme aspirant. Quand il parle, Gilles Atayi est comme transfiguré, dans une autre dimension. « Je veux changer le monde » scandait-il devant un parterre de personnalités dans un TEDx à Abidjan. Afrique Consciente qu’il organise depuis deux ans, lui ressemble. Tout le gratin de l’entrepreneuriat social en Côte d’Ivoire et même au delà s’y retrouve pour échanger expérience, motivation et entregent. Ancien haut cadre à Coca-Cola Afrique et Celtel, Gilles Atayi est depuis septembre 2007 consultant en leadership et stratégie de développement. Cet homme très occupé trouve pourtant le temps de s’engager socialement, à un très haut niveau.

Gilles Atayi, initiateur « Afrique Consciente »

Hayek Hassan a pris goût…

Celui que beaucoup appelle le « vagabond de la charité » ou encore « entrepreneur de la charité » à grandi à Adjamé. « C’est un quartier où il y a beaucoup de pauvreté, c’est comme ça que j’ai commencé (…) Après, avec les réseaux sociaux comme facebook, on a pu avoir accès aux cas à l’intérieur du pays » confie-t-il. Hayek Hassan est dans l’humanitaire et le social depuis une dizaine d’année. Spécifiquement, cet homme d’affaire intervient sur des cas urgents et de proximité. C’est ce qui fait sa spécificité. Sur facebook, la plateforme « Bénévole de Premier Secours » qu’il a crée, permet aux personnes en situation de détresse de s’adresser directement à lui. Et ça marche !

Boris Kouamé




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *